En passant par Pompéi, Herculanum, Oplontis et Stabies……

En passant par Pompéi, Herculanum, Oplontis et Stabies……

Italie du sud, Michelin Voyage ed., 2017, carte p. 241.

L’archéologie n’est pas une science figée. Ses méthodes évoluent sans cesse, grâce à de nouveaux procédés et à de meilleures techniques d’exploration. De même, la restauration d’objets devient plus précise et respecte mieux les couleurs et les décorations. C’est ce qui s’est passé de 2014 à 2020, en Campanie et tout particulièrement sur le site de Pompéi où une vaste campagne de fouilles et de consolidations, engagée grâce à l’aide financière de la communauté européenne, a ébranlé certaines convictions.

Une correction dans l’agenda

Ainsi, la date de l’éruption du Vésuve semblait arrêtée au 24 août de l’an 79 de notre ère, comme le certifie  Pline le Jeune, selon son meilleur manuscrit racontant la catastrophe à laquelle il a assisté dans son adolescence.
Or, depuis longtemps, la communauté scientifique émettait des doutes : les cadavres étaient revêtus de tuniques de laine, des braseros étaient allumés dans les maisons, des restes de fruits  avaient été retrouvés, autant de signes d’atmosphère automnale.
Mais la preuve, irréfutable, est venue d’un petit graffiti de deux lignes sur le mur de la maison dite « du jardin », récemment fouillée et désormais visitable. On peut y lire :
XVI K(alendas) NOV(embres) in oseria promu sumserunt, c’est –à-dire le 16ème jour avant les Calendes de novembre (soit le 17 octobre) a pris dans le garde-manger de l’huile

Une conception de l’habitat

Les différentes cités de la baie de Torre Annunciata font état de plusieurs concepts d’habitation :

  • la villa somptueuse et isolée , une sorte de palais aux pièces de dimensions généreuses,  appartenant à la famille de Poppée, deuxième femme de Néron, située près de la mer dans une ville romaine appelée Oplontis
  • un petit groupe de grandes habitations sur les hauteurs de Stabies :la villa San Marco, encore peu fouillée,  et la villa Arianna, étalée sur 11000m2.
  • un habitat urbain, contigu, mitoyen, comme à Pompéi et à Herculanum, permettant une activité commerciale au rez-de-chaussée. Pièces vastes et confortables, à vocations diversifiées,  au rez-de-chaussée et au premier étage ; dégagement sur un péristyle et souvent un terrain extérieur.

A. Villa Oplontis

Près de la mer, en bordure de la ville romaine d’Oplontis (actuellement Torre Annunziata), ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO ne fut fouillé qu’à partir de 1964 et ouvert au public en 1980. Cette découverte relativement tardive explique l’état de conservation remarquable des fresques. On y dénombre actuellement 99 pièces et tout n’a pas encore été dégagé. La famille de Poppée, propriétaire, y accueillait des invités pour des banquets aux mets recherchés : par exemple, loir gris ou langue de flamant rose.

La grande villa adjacente à la villa Oplontis est à vocation commerciale ; des entrepôts y stockent le matériel nécessaire à l’intendance : 1500 amphores destinées à la conservation d’aliments, d’huile et de céréales, si bien que la villa Oplontis peut confortablement vivre en autarcie.

Les hôtes ont la possibilité pendant leur séjour de bénéficier de massages, de bains privés, de spectacles d’acrobates. Mais ce sont les  fresques de la villa Oplontis qui suscitent l’admiration de touristes encore trop rares.

Villa Oplontis, peinture trompe-l’oeil avec masque et paon (animal associé à Junon)

Petit rappel : structure et technique de la fresque

La fresque (en italien a fresco = sur surface fraîchement peinte ) est une technique de peinture murale caractérisée par l’application sur un enduit frais de pigments de couleurs détrempés à l’eau. La chaux mélangée à de l’eau et à du sable purifié durcit au contact du gaz carbonique de l’air. Cette réaction dégage du calcin, dont l’effet est de fixer les couleurs de la fresque et de les rendre brillantes.
Les fresques visibles à Pompéi et environs peuvent être classées selon leur ancienneté et les sujets représentés :

  • 1er style : 200-80 av. J.-C.
  • 2ème style : 80-20 av. J.-C.
  • 3ème style : 20 av.J.-C. – + 45 ap. J.-C.
  • 4ème style : 45 ap. J.-C – + 79 ap. J.-C.

1er style : pas de personnages vivants. Ce style trouve ses sujets de prédilection dans la reproduction de constructions. Il représente souvent un appareil de blocs polychromes ou d’étages, de colonnes. Ses représentations sont colorées, avec une prédilection de rouge, de vert et de jaune.

Villa Oplontis, peinture effet tapisserie

2ème style : les artisans vont faire évoluer ce style en l’étoffant par un effet de fenêtres factices débouchant sur des effets de profondeur et de perspective, tandis que la couleur joue sur les dégradés et les clairs-obscurs. C’est un jeu géométrique sur base architecturale. De plus, la fresque imite souvent le marbre de manière impressionnante.
Quelques petits portraits parfois, sous forme de médaillons, font office de signature et  rattachent ces paysages imaginaires aux familles propriétaires.

Villa Oplontis, fresque avec petit portrait en médaillon et représentation de fenêtres pour donner un effet d’espace

3ème style : rupture d’avec les styles précédents. Les thèmes mythologiques dominent, sur fond de paysage, de fleurs, de fruits, de nature peuplée d’oiseaux,comme si le propriétaire ne pouvait s’arrêter à un seul choix.

L’importance des fresques ne doit pas faire oublier le recourt à la mosaïque, en particulier pour les sols. Des couloirs entiers, le centre des pièces et parfois des parois murales sont couvertes de minuscules tesselles, déposées avec soin et régularité. Les grandes surfaces n’altèrent pas la finesse des motifs ni l’extrême variété de motifs géométriques des sols. Une utilisation modérée des couleurs, privilégiant une alternance de blanc et de noir rythme les surfaces et  les divise. 

4ème style : style composite, qui comprend des caractéristiques des 3 styles précédents : scènes mythologiques au centre de grands panneaux colorés, décors de théâtre, art des jardins font entrer les paysages extérieurs à l’intérieur de la pièce et l’agrandissent.

Il est clair qu’on peut trouver sur une même fresque des mélanges de style et l’usage assumé d’une caractéristique antérieure . Dans une même maison, des pièces peuvent être décorées différemment, ou encore la division précise des espaces annonce les tapis et les moquettes de siècles bien ultérieurs.

Ces grandes villas, proches de la richesse des palais, abritent des thermes privés où la touche luxueuse vient du bassin central, bordé de bancs structurés et pourvus de larges pattes d’animaux sauvages (villa Pompei). On n’y lésine pas sur la décoration des murs que la villa Oplontis décore de scènes de chasse, ou, dans une grotte stylisée, abrite un couple dénudé.

Villa Oplontis, thermes privés, scène de chasse en mosaïque sur le mur gauche
Villa à Pompei, thermes privés, bancs pourvus de larges pattes d’animaux sauvages

B. Villa Arianna

Quoique plus modeste, la Villa Arianna (Ariadna) partage avec la villa Oplontis un goût de l’indépendance et de la solitude. Sa surface est de 11000m2.
Elle tire son nom d’une de ses fresques illustrant le mythe d’Arianne, fille du roi de Crète Minos. Réouverte après une longue fermeture, elle prend de la hauteur, au-dessus de Stabies, sur un large promontoire qui lui assure une vue que rien ne peut altérer. Elle dispose d’un accès direct et privé à la plage, avec port privé, par un sentier et un escalier qui lui sont réservés.
Le mythe d’Arianne raconte comment la belle Arianne, fille de Minos aide le héros Thésée à s’orienter dans le labyrinthe avec une pelote de fil afin de vaincre le Minotaure. Thésée promet de l’épouser après avoir tué le monstre. Il emmène Arianne avec lui lorsque’il quitte la Crète, mais l’abandonne sur l’île de Naxos où elle s’est endormie. Le dieu Dionysos prend alors pitié d’elle, la protège et en fait sa femme.

Il est difficile de laisser en plein air une telle fresque. Comme d’autres, elle se trouve en sécurité au Musée archéologique de Naples, à l’abri du vandalisme, des effondrements et du trafic d’œuvres d’art, qui constituent une vraie plaie pour le travail archéologique.

B. Environnement urbain (Pompei, Herculanum)

Dès l’Antiquité, un tel habitat implique avantages et inconvénients. Contiguës ou mitoyennes, les demeures se protègent l’une l’autre des dégâts, intempéries et déprédations.
Les routes se coupant perpendiculairement donnent accès à tous les quartiers ; elles permettent la circulation des véhicules et disposent de passages pour piétons. Elles favorisent le commerce grâce à des boutiques donnant sur rue. Le négociant, propriétaire ou locataire, loge en général à l’étage supérieur. À l’arrière de la demeure, un péristyle assure zone d’ombre et espaces ensoleillés. Ainsi, vivre en ville n’exclut pas la jouissance du plein air.
À l’intérieur, un triclinium raffiné ( ensemble de trois lits pour recevoir un banquet) attend d’accueillir ses hôtes, tandis que l’impluvium (« trou dans le plafond ») assure l’aération, voire un peu d’eau fraîche 

Villa à Pompéi, péristyle bien conservé. À noter les colonnes en briques, recouvertes avec un enduit effet marbre blanc avec cannelures.

Le personnel loge entassé dans des chambres hautes. Constamment à disposition de son maître, il n’a pas accès à une vraie vie privée.

De nombreuses fontaines facilitent l’accès à l’eau ; non loin,  des thermopolia, sortes de fast food antique, engagent à manger sur le pouce. On a retrouvé dans leurs vastes récipients des fragments d’os de canards, des têtes de porc ou de chèvre, de poissons ou d’escargots, cuisinés ensemble. Comme dans chaque demeure, un laraire protège commerce et  maison et veille à la prospérité du lieu.

On dénombre aussi plusieurs boulangeries, avec pains cuits dans le four à bois et farines moulues sur place. Le circuit de distribution est  donc particulièrement court.

Pompéi, thermopolium du grec thermos (chaud), et pôléô (vendre), où l’on achetait des plats chauds à l’emporter. À l’arrière, fresque représentant des Lares : divinités protectrices.

Quant à la publicité, elle fait son apparition ; particulièrement suggestive en ce qui concerne les bordels, elle attire le passant de toute origine.
À l’entrée d’une coquette demeure, un chien de garde fait office d’alarme : il faut bien protéger ses biens, quand on en a !

Riche villa à Pompéi, entrée, avec chien de garde, et atrium largement recouverts de mosaïques.

Pompéi et Herculanum disposaient chacune d’un théâtre, et des temples qui veillaient sur la ville.
Seul un tiers de la surface d’Herculanum a été fouillé à ce jour, le reste de la cité étant enfoui sous les constructions contemporaines.

Cette petite ville, dont on voit bien le niveau, bien endessous du sol actuel, dégage un sentiment de bien-être et de quiétude. C’est une gangue de lave qui viendra interrompre le fil du temps, la figera tout en la protégeant. Les fresques y sont restées dans un état impeccable, tout comme les  casiers des thermes publics, avec leur aspect bien ordonné de vestiaires.

Herculanum dispose d’un bord de mer, devant lequel un ensemble de hangars à bateaux aligne de larges ouvertures. C’est là que quelque 300 cadavres furent dégagés par les fouilles. Quelque 300 personnes accourues là, avec l’espoir de se mettre à l’abri, sont morts d’asphyxie avant de pouvoir monter dans un bateau.

C’est ainsi que s’arrête la vie paisible d’Herculanum. Tel squelette est peut-être celui du peintre auteur de telle ou telle fresque admirée, tel autre le mosaïste méticuleux agenouillé devant le parterre d’une maison. Ils sont morts, mais restés présents par leur talent, leur patience, leur savoir-faire. Leur monde a basculé de la vie à la mort, de la fraîcheur à la fournaise, des cris au silence. Le drame de Pompéi et des cités alentour inclut l’impuissance humaine face aux catastrophes naturelles. Tel est l’ultime enseignement de l’archéologie : par-delà la philosophie de l’impuissance, nous devons à ces talentueux anonymes la volonté de préserver, de mettre à jour, et par-dessus tout de comprendre.

Antoinette H (texte et photos)

Print Friendly, PDF & Email

3 réflexions sur « En passant par Pompéi, Herculanum, Oplontis et Stabies…… »

  1. MERCI pour ces documents très intéressant et .instructifs. Avec Josiane nous sommes montés au Vesuve d’où sortait des fumerolles un peu partout ainsi que la visite de Herculanum. Nous avons marchés sur des mosaïques et des rues pavées de plus e 2000 ans ! Merci de raviver ces souvenirs.
    Pierre K

  2. Un grand merci pour cette magnifique balade dans les vestiges archéologiques de Pompéi et des alentours et les photos qui l’illustrent si bien. Nathalie D

  3. MAGNIFIQUE !
    J’ai imprimé le tout et j’ai eu un grand plaisir à plonger dans la recherche avancée avec cette belle information .

    Je vous remercie cordialement et vous souhaite un très bel été.
    Je reste avec mes salutations amicales et me réjouis de vous retrouver après la période des vacances,
    Heidrun S

Répondre à Lyceumne Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.